T
ypique des édifices de la Thiérache, construit en 1782, c'est un bâtiment brique et pierres dont l'originalité tient notamment à l'asymétrie des deux extremités de sa toiture. La facade d'arrivée est constituée d'un corps de logis de cinq ouvertures sur chaque niveau et deux ailes en retour d'équerre. De très longs communs en pierre, datant de la même
époque, encadrent la cour d'honneur.
Les armes de la famille, visibles sur le fronton de la façade principale, sont "d'argent semé de fleurs de lys de sable". Leur devise est "Sustine et abstine". L'originalité du blason réside dans le fait que les fleurs de lys sont coupées en deux, afin de marquer que leur nombre est infini.
L'explication nous a été fournie par l'histoire orale qui s'est transmise de génération en génération. Elle veut que le seigneur de Puisieux ait sauvé la vie à Saint-Louis, au cours d'une croisade. Le roi ayant demandé ce qu'il souhaitait en retour, il réclama "une fleur de lys pour mon blason". Ce à quoi le roi lui répondit: "Je te les donne sans nombre".

Typique des édifices de la Thiérache, construit en 1782, c'est un bâtiment brique et pierres dont l'originalité tient notamment à l'asymétrie des deux extremités de sa toiture.La facade d'arrivée est constituée d'un corps de logis de cinq ouvertures sur chaque niveau et deux ailes en retour d'équerre. De très longs communs en pierre, datant de la même époque, encadrent la cour d'honneur.


Les armes de la famille, visibles sur le fronton de la façade principale, sont "d'argent semé de fleurs de lys de sable". Leur devise est "Sustine et abstine". L'originalité du blason réside dans le fait que les fleurs de lys sont coupées en deux, afin de marquer que leur nombre est infini.
L'explication nous a été fournie par l'histoire orale qui s'est transmise de génération en génération. Elle veut que le seigneur de Puisieux ait sauvé la vie à Saint-Louis, au cours d'une croisade. Le roi ayant demandé ce
qu'il souhaitait en retour, il réclama "une fleur de lys pour mon blason". Ce à quoi le roi lui répondit: "Je te les donne sans nombre".
© www.puisieux.com - 2004